L’École de guerre. La formation des chefs dans l’armée de Terre, 1870-1914

Le livre

L’École supérieure de guerre est née de la défaite de l’armée du Second Empire sur le champ de bataille de Sedan le 2 septembre 1870. Sa genèse est concomitante de la naissance de la Troisième République et de la refondation de l’Armée de terre. Ce livre étudie le développement de l’enseignement militaire supérieur en France entre 1870 et 1914. L’École de guerre est en ce sens la structure au sein de laquelle les deux questions – « comment enseigner la guerre ? » et « qu’enseigner de la guerre ? » – vont constamment interagir au gré des évolutions sociales, politiques, diplomatiques, économiques, philosophiques, scientifiques et techniques qui caractérisent cet autre entre-deux-guerres.

À partir de l’analyse des cours dispensés par les professeurs de l’école, l’auteur met en évidence la responsabilité de l’École, foyer de l’intellectualisme militaire français une fois la paix retrouvée, dans la préparation des officiers « brevetés » à la guerre. Derrière cette responsabilité in petto de former le haut-commandement et les aides au commandement en prévision de la « Revanche », apparaissent des maîtres d’école titulaires de la chaire d’histoire militaire, de stratégie et de tactique générale et leurs adjoints, c’est-à-dire les chefs qui conduiront la France à la victoire de 1918.

L’auteur

Entré en service en 1988, Olivier Entraygues est lieutenant-colonel, fantassin et breveté de l’École de guerre. Titulaire d’un doctorat de l’Université de La Sorbonne-Paris IV et d’un PhD du King’s College LondonDepartment of War Studies– il est désormais docteur habilité à diriger des recherches en histoire contemporaine de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Depuis le mois de juillet 2017 il occupe le poste d’assistant du général chef d’état-major du commandement des forces terrestres de l’OTAN stationné à Izmir en Turquie.